10.3.07

"J'aime beaucoup les enfants, mais..." ou "Vieille crisse de folle"

On tient ici un concept. Un autre texte à 20 (14) doigts.

On forme un joli couple. Je trouve qu'on se complète bien. Moi, réfléchie et posée. Lui, euh... "fougueux et vigoureux", disons (Ça fait Viagra! Ben quoi, à ton âge...). Moi en Normal, lui en Italique.

On est pompés, hein, faut le dire.

*

J’ai déjà abordé ici le thème des gens du type « Je ne suis pas raciste, mais… » et autre « Je ne suis pas homophobe, mais… ». Ben là, chu une fougère…

L’Amoureux et moi venons tout juste de découvrir une autre catégorie de gens tout aussi méprisable. Il s’agit des « Vous savez, j’aime beaucoup les enfants, mais… ». C’était une folle. Non, je suis trop poli, c’était une crisse de folle. En fait non, pas tout à fait, c’était une vieille crisse de folle plus exactement.

« …mais vous le savez, un adolescent, ça écoute la musique fort, ça a besoin de bouger et ça a de l’agressivité à sortir. Je ne voudrais pas le brimer dans son besoin d’expression, cet enfant. C’est bien dommage, car vous m’aviez semblé bien sympathiques, mais j’ai loué à un autre couple plus vieux, sans enfants. » Si elle avait su que le père déplace plus d’air que le fils, elle s’en serait assurément mordu les doigts.

Ça, c’était après. Un aveu complet de discrimination envers nous, qui vivrons avec le fils de l’Amoureux.

Je souligne qu’il a 12 ans, le Gamin, bientôt 13. Douze ans, calvaire. On s’entend que ce n’est pas un Terrible-Two sans contrôle qui fait le bacon pour avoir un bonbon? Ce n'est pas plus excusable de le refuser, mais c'est plus bruyant qu'un ado qui joue au jeu vidéo à journée longue, c'est vrai. Nous avions même proposé de venir lui présenter le Gamin, question qu’elle constate de ses propres yeux comment il est adorable, doux, intello avec ses lunettes sur le bout du nez… Et je regrette d’avoir pris cette initiative. Avoir su, je ne me serais jamais abaissé à ce point. Mais vous savez, quand on trouve un endroit chouette, on est prêt à faire quelques sacrifices pour arriver à nos fins. Grosse erreur, croyez-moi. J’ai honte même d’y avoir pensé.

Pendant la visite, elle avait déjà eu le culot d’oser un « et puis, sans indiscrétion, vous désirez avoir des bébés ? » Bien sûr, l’appartement était superbe, un rêve d’appartement en fait, nous aurions fait n’importe quoi pour l’obtenir ! Alors nous avions bredouillé, bêtement, que « euh, non, pas bientôt en tout cas… ». Nous avions répondu à cette intrusion effroyable dans notre vie privée ! C’est ici que j’aurais vraiment dû me laisser aller. Un « Va chier vieille conne, c’est pas de tes affaires » aurait été de mise.

Il y avait eu d’autres signes avant-coureurs, qui nous avaient agacés, mais que nous avions laissé passer, pour la lumière dans les pièces gigantesques, pour la cour verdoyante. Nous en étions à bavarder gentiment, multipliant les sourires, plaçant judicieusement nos pions, comme en entrevue d’embauche. Puis, il y avait eu son : « Oh, mais en fait, avec les locataires actuels, ce sont des problèmes culturels qu’on a eus… » Tout à coup, silence radio de notre côté. Je ne regarde pas l’Amoureux, mais j’imagine que son regard s’éteint, et je ne l’entends plus réagir. Nous ne devons pas nous regarder, nous sommes trop transparents l’un et l’autre. Allez, dépêtrez-vous madame. Je l’aide un peu : « Mais vous savez, des gens inintéressants, il y en a partout, peu importe les cultures. » « Oh ! Mais bien sûr, bien sûr ! » Elle avait eu chaud, elle s’en était sortie. Moi je crois plutôt qu’elle n’a même pas eu honte de ce qu’elle venait d’avancer. Le portrait du « moi je suis pas raciste mais… » lui allait soudainement à merveille. C’est ici que j’aurais dû sauter ma coche et la traiter de vieille imbécile à l’esprit fermé. Je crois que ça m’aurait fait du bien.

*

Hier soir, à l’Amoureux : « Tu imagines comment il va être incroyablement beau et grand, notre appart, car bien sûr il sera encore meilleur que celui-là ! Et le ou la proprio, tu imagines comment il sera gentil et prévenant ? »

Lui : « Et ses locataires, tu imagines comment ils vont lui marcher fort sur la tête, à la vieille crisse ? »

Je souhaite sincèrement qu’elle se fasse baiser d’aplomb par ses nouveaux locataires. Je souhaite qu’ils adoptent un chien, qu’il fasse des partouzes à n'en plus finir à 3 heures du mat, qu’ils pitchent leurs vidanges au beau milieu de la cour et les laisse sécher au soleil et qu’ils envoient leur chèque aux environs du 15 du mois (suivant). Peut-être que ça lui apprendra à la vieille folle à voir plus loin que le bout de son vieux nez rabougri.

8 Comments:

At 8:10 p.m., Blogger Vertige said...

Eh, nous aussi ont fait la cour a des vieilles crisses de folles et des vieux cons en ce moment pour trouver l'appart de rêve!

J'adore ça: on leur fait nos plus beaux sourrires en arborant nos airs angéliques les plus faux (quoi que c'est quand même un peu plus vrai pour moi que pour Olivier...) et en leur sortant ces petits mots stratégiques et ces demies vérités qui laissent entendre qu'on a pas d'amis et qu'on invite jamais personne, qu'on déteste le bruit, que les enfants, c'est pas vraiment pour nous, qu'on est riche, éduqués et bien élevés.

Mais c'est presque inutile tout ça, quand on leur dit qu'Olivier fait de la gestion de projets aéronautiques, leurs pupilles se changent en signe de $ et leur gentilesse quintuple. Et je trouve ça super triste de savoir qu'un gentil couple arabe, qu'une maman monoparentale ou pire, un couple avec un ado(!!!) ne se feraient jamais faire les yeux doux qu'on nous fait sur base de rien du tout.

En général, on finit par se dire qu'ils sont trop con et qu'on ne les voudrait pas comme proprio. Faut dire qu'on a pas encore eu de coup de foudre. Et que je pars probablement au Mali cet été après des tonnes de revirement de situation, alors on attend la réponse définitive avant de s'y mettre sérieusement...

On pense à Villeray, qui sait, on sera peut-être voisins!

Bonne chance!

Vertige

Bonne chance!

 
At 11:29 a.m., Blogger Miss Vanille said...

:D

Ça me fait sourire. J'avais eu la même demande un moment donné. (Voulez--vous d'autres enfants?)Et une autre voulait nous louer parce l'autre famille était de COULEUR différente. Comme si ça changeait quelque chose.

Crisse.

Imagine, j'étais jadis à Ahuntsic, mon chum descendait les MARCHES trop fort le matin. Mmmmmm. Tsé des connes y'en a partout.

Bien le bonjour, Sauterelle!

V.

 
At 10:14 p.m., Blogger Lorazepam said...

Wow. Vous êtes vraiment tombés sur une folle. Je trouve ça un peu débile qu'on ait à faire toute une campagne de séduction pour louer un appart.
Je me suis retrouvée dans une situation complètement inversée en cherchant à Québec. Le gars me faisait quasiment peur… Je voulais rien savoir de son tombeau plein de champignons sur les murs! Et il continuait de me vanter l’endroit, en postillonnant. Brrr.

 
At 11:33 a.m., Blogger Poussière d'étoiles said...

J'ai cru entendre que Louis-hyppolyte Lafontaine cherchait des cobayes pour des expériences sur la lobotomie et les électrochocs...

Gâtez-vous sauterelle : remettez leur les coordonnées de cette "dame"

 
At 5:30 p.m., Blogger *La Souris* said...

Quelle connasse!

C'est incroyable les préjugés et les pré-requis que les propriétaires ont qu'ils ne disent pas (directement)... Vous pourriez être surpris!

 
At 2:57 p.m., Blogger L'imposteur c'est: said...

Première fois ici, première fois partout en fait...on dirait que je découvre les blogs depuis quelques semaines.

Ça fait du bien de lire un "crisse" bien placé. J'étais quasiement fru de lire ça. Innocente.

De mon côté, la proprio m'a demandé mon numéro d'assurance sociale, le téléphone de mon boss, mon numéro de permis de conduire, les coordonnées de mon ancien proprio et pis mon numéro de compte de banque. Calvaire, je suis pas là pour une job d'espion, je veux un 3 et demi.

Le monde devient vraiment trop con... J'ai sacré mon camp et continué à chercher. Je me mettrait quand même pas tout nu devant elle pour qu'elle voit si j'ai des tattouages. Voyons donc... probablement qu'il y avait des cams partout dans l'appart reliées à une centrale dans le fond de sa cave pour checkker ses locataires....

Des proprios qui abusent, y'en a autant que des locataires innocents...

À plus!

L'imposteur en blog!

 
At 11:47 a.m., Anonymous Anonyme said...

Moi aussi c'est la première fois ici (je sais pas comment ça.. ;) )

Ouf, que de souvenir!! Comme j'étais seule avec un enfant, c'était presque toujours comme ça: ''Ouin mais là...'' Comme si c'était écrit dans mon front: J'ai un enfant qui fait du bruit pis j'suis seule donc pas fiable pis vu que je suis seule ben je te paierai pas pis en plus je dois ben courailler faque check out le va et vient.

J'ai pour mon dire: Si un humain doit ENDURER le rire d'un enfant, il ne mérite pas d'être considérer de la race...

 
At 8:50 p.m., Blogger Sauterelle said...

Merci merci les amis! Et bienvenue! Heureuse de voir du nouveau monde par ici! Désolée de vous accueillir avec une si vilaine crisse de vieille folle... Mais je vous ai sentis bien empathiques à la situation. Bref, j'en conclus que chacun a son histoire d'horreur à ce sujet. Et que les proprios sont rois, à Montréal du moins. Bien sûr, ils sont en position de choisir leurs locataires, chanceux qu'ils sont.

Vertige: oui peut-être bien voisins. Vous vous faites faire les yeux doux pour le gros cash, mais dis-moi, vous n'avez vraiment pas une tronche de jeune couple qui va fonder - ouf, j'ose à peine dire le mot - une fff... une fa... une famille? voilà c'est dit.

Miss Vanille: oui la discrimination peut aussi jouer en ta faveur, et à ce moment-là, est-ce qu'on s'insurgera autant pour le couple qui n'aura pas obtenu l'appart? Le prochain proprio préférera peut-être une belle famille à des maudits colocataires qui fêtent tout le temps, tsé comment c'est les maudits jeunes irresponsables.

Lorazepam: Au moins le trou à rat de Québec ne devait pas coûter 1000 $ par mois!

Poussière d'étoiles: Je note!

La Souris: Pas certaine de vouloir tous les connaître, les préjugés. Pas les tester, non plus.

L'imposteur: Oui tout à fait y'a des cons partout. Les proprios ont probablement été échaudés de locataires trop cons.

Pascalou: C'est ce que je me disais: shit, la fille avec ses 4 kids, oublie ça.



Comme l'imposteur, nous la jouerons plus cool, pas de files d'attente pendant 2 heures dehors et pas ABSOLUMENT pour juillet. Il viendra, c'est tout.

 

Publier un commentaire

<< Home