30.3.06

Je n'écris plus

J’ai écrit des milles et des milles sur mon amour-qui-ne-voulait-pas-mourir.
J’ai produit de beaux poèmes sur des idylles que je savais ridicules.
J’ai créé des textes inspirés d’amourettes qui s’étiraient en langueurs pathétiques.

Je relis ces mots aujourd’hui, c’est tout ce que je sais faire. Parce que je n’écris plus. Coupée, l’inspiration. Je vous ai donc resservi plus souvent qu’à mon tour des archives depuis l’ouverture de ce blog. Confession.

Pourtant, c’est aujourd’hui que je devrais écrire. Aujourd'hui, un homme jouit doucement contre ma joue, résonne dans mon colimaçon et fait la grasse matinée contre mon ventre. Aujourd'hui, il me laisse flâner sur sa nuque, jouer sur ses cils et m’étendre lentement à l’ouest de ses rêves.

Je suis amoureuse. Pourquoi ne sais-je pas écrire cet état d’esprit jouissif s'il en est un?

*

Bon bon d’accord. L’ensemble de ce blog jusqu’ici pue l’amour à 10 kilomètres à la ronde. J'en suis consciente. Oui oui le bonheur, Sauterelle, on sait, ça va hein! Mais sachez tout de même que ce ne sont que des archives qui collent à mon aujourd’hui.

*

Je n’écris plus.

*

Je vis.

7 Comments:

At 8:25 a.m., Blogger Yves said...

31 mars 06

c'est un constat universel qu'on arrete d'écrire sur "LE" sujet quand on aboutit ... tes doigts s'occupe à autres choses ...
il s'agit peut-etre simplement de laisser passer le temps puis de se laisser guider par sa plume .... tu verras bien ... ton dernier texte puait le bonheur j'ai apprécié ....

Yves

 
At 8:51 a.m., Blogger Patrick Dion said...

Je ne savais pas trop si je devais commenter ou non. À ma fidèle habitude, j'avais plein de flashs niaiseux qui m'étaient venus à l'esprit. Mais ton texte était trop beau et rempli d'émotions pour que je le souille d'inepties. J'ai souvent répété à tous vents que, lorsque ça allait bien dans ma vie, lorsque je transpirais le bonheur, il m'était impossible de bien écrire, d'enligner des mots remplis d'émotions, d'écrire mes tripes. On est tous un peu malhabiles quand le bonheur nous rattrape. On va essayer d'écrire notre bien-être si tu veux, question de faire changement. Bienvenue dans la vie, bienvenue dans ma vie.

 
At 11:44 a.m., Blogger Mamathilde said...

Oh, je trouve que t'écris vachement bien pour une fille qui ne sait pas écrire.

 
At 12:38 p.m., Blogger Sauterelle said...

Réponses en "Ben voilà"...

Hola Mathilde! Je n'ai jamais dit que je ne sais pas écrire! L'amour n'a pas écrasé toutes mes notions de français non plus, hein! C'est simplement que... ben voilà, je n'écris plus, ou si peu.

Pat: Écrire le bien-être... Peut-être. Le vivre surtout! Mais voilà, écrire est aussi un bonheur de ma (nos) vie(s). Pas facile la conciliation écriture-amour! Faudrait ouvrir un chantier gouvernemental pour étudier la question. Et puis Pat, c'est pas toi qui disait que ça t'énervait les gens qui écrivaient des posts en disant qu'ils ne savaient pas quoi dire?? ;P

Yves: Oui c'est universel. Mais je croyais vraiment que ça m'inspirerait, le bonheur - tsé comment on se croit toujours différente et plus meilleure... Ce n'était pas choisi par hasard le nom de ce blog, hein! Mais voilà, je me dis que les écrits dramatico-tragiques ont toujours plus de poids ou de profondeur que les planants "La vie est belle, je vais bien, merci la vie!" Et pourtant je ne pourrais pas écrire une peine amoureuse en ce moment, ni ne voudrais vous entretenir de mes angoisses existentielles, qui collent au cul, amour ou pas. Je suis donc condamnée à copier des archives de tristesse et de grattage de bobos. Ou bedon je vous empuantis avec mes "Yé! Il fait soleil aujourd'hui!" (j'ai aussi ce genre de texte-là en archives)

Mmmmh. Deuxième option, d'accord.

 
At 12:53 p.m., Blogger Yves said...

laisse toi une chance ... laisse aller la vie ... heureuse Sauterelle ...

 
At 9:47 a.m., Blogger Mamathilde said...

Je ne voulais pas dire ne pas savoir écrire le français mais bien ne pas savoir alignerles mots dans les moments de bonheur.

 
At 4:51 p.m., Blogger Juli said...

J'en reste bouche bée!!! Tu as raison, vis ton bonheur pendant qu'il passe et garde tous ces moments bien gravés en tête car c'est sûr que l'écriture reviendra. C'est comme un boomerang à retardement...

 

Publier un commentaire

<< Home