4.4.06

Il était sur son 36, elle sur son 24. Elle roulait à voiles, lui, à moteur. Ils se sourirent. Une vague trop haute noya son moteur. Elle l’invita à bord. Ils s’embrassèrent un peu, se touchèrent et sirotèrent du Pepsi diet. Elle surveillait sa ligne.

6 Comments:

At 8:09 p.m., Blogger Patrick Dion said...

La pêche devait être bonne puisque c'était presqu'un fruit défendu !

 
At 1:30 p.m., Anonymous Charles said...

Des images comme je les aime...

 
At 7:09 p.m., Blogger Daniel Rondeau said...

Une fois au bar, il dit à tous ses amis qu'elle en avait des gros de même, «je vous jure, des gros de même!»

Histoâre de pééééécheur!

 
At 9:21 p.m., Blogger Yves said...

et ...

 
At 9:55 a.m., Blogger Sauterelle said...

Pat: T'aimes ça toi les fruits défendus? Pourquoi est-ce que je n'en doute pas une minute, mais que ça ne m'inquiète pas?

Charles: Moins kétaine que l'autre fois, alors? :)

Daniel et Yves: Il n'y a pas toujours de "et..." à la fin des histoires. Souvent les "et..." sont seulement dans les histoires de pécheur/pêcheur!

 
At 11:05 a.m., Blogger Yves said...

bon je pourrais "peut-etre" accepter le pas de "et" mais de toutes façons, votre pas de "deux" produira encore bien des péripéties, et je vous le souhaites :)

p.s.: toutefois en échange (bin oui on a rien pour rien dans la vie sauf dans les pubs de loto-québec), si c'était possible d'entendre ici une courte tirade de ton piano ca serait chouette :)

 

Publier un commentaire

<< Home