21.9.06

Ce que Gamin veut...

Il avait lancé la chose à la blague, la semaine dernière.

"Ce serait cool que tu viennes habiter ici!"

"Euh... (putain il me les scie totale cette fois-ci, le petit!) euh..."

Regards perdus, sourcils levés vers le père, qui me répond de même. Il est aussi surpris que moi. Dire que je croyais qu'il dictait les répliques à son fils, pour pousser le charme plus loin. Peut-être que ça vient juste du petit, finalement.

"Euh... c'est juste pour que je t'aide avec tes devoirs de français que tu veux que je sois toujours là! Tu veux juste profiter de moi, on sait ben!"

Je pensais avoir récupéré, minimisé, presque ridiculisé la chose. Trop gros pour moi, ça, Gamin. Trop soudain, surtout. Tu ne peux pas me sortir cette déclaration comme ça, ce n'est pas rien ce que tu dis là.

"Mais non! T'es drôle aussi, c'est l'fun quand t'es là."

S'en était suivie une série de "Euh..." sur différents tons, venant du père et de moi. Le Gamin avait probablement enchaîné sur ses derniers exploits à son jeu vidéo, mine de rien.

*

Non content de m'avoir cassée une première fois, le Gamin, il insiste!

Bon, ce que je vous raconte là, ce sont des paroles rapportées. Peut-être que le sexy-papa a mis du beurre dans la sauce. Non, franchement, le Gamin peut pas dire ça!

À son papa: "Ce serait cool que Sauterelle vienne habiter ici, elle est tendre, douce et gogole."

Tendre?
Douce?
Gogole?

Je prends le gogole (mongole-folle-chouette) comme un beau, très beau compliment, venant d'un petit gars de 12 ans. Mais tendre? Quand je le confronte à ses peurs, quand je les dédramatise en riant avec lui? Mais douce? Quand, exaspérée de son "je suis totalement inconscient de tout ce qui m'entoure" tellement typiquement adolescent, je lui lâche un sec "Gamin! Ramasse tes affaires!" que je regrette aussitôt?

Les Gamins, ça pense vraiment des choses comme celles-ci? Tendre, douce, gogole? Ça utilise ces mots?

Ok vite, et je parle aux bibliothécaires et autres libraires parmi vous, existe-t-il un "Les beaux-fils pour les nulles"? Non pas que je me crois nulle... C'est juste que je suis partie de zéro il y a quelques mois, et que ça roule vachement vite là.

Patiente un peu Gamin, j'ai plus 12 ans, moi.
Je cours moins vite, mais je peux marcher longtemps. T'inquiète pas.

5 Comments:

At 10:18 p.m., Blogger Patrick Dion said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

 
At 5:57 p.m., Blogger Mamathilde said...

Tu sais ma chère, je crois qu'on appelle cela apprendre sur le tas. Et d'après les commentaires et réactions du Gamin, je dirais que tu le fais très bien.

 
At 6:24 p.m., Anonymous mocha19 said...

mocha19

Je dirais également qu'à premìère vue tu n'as pas besoin de livre...

À ce que je sache, Paul-André n'avait pas lu de livres sur l'art d'apprivoiser une Janou et pourtant il y est très bien arrivé. Alors pourquoi d'inquiéter?

Il a fait confiance à son PIF et ça a marché. ¨ca va être la même chose pour toi
Pour la suite, on verra bien !

 
At 5:53 p.m., Blogger Vertige said...

tu a l'air de bien te débrouiller :o)

 
At 6:06 p.m., Blogger Sauterelle said...

"Se débrouiller", "Apprendre sur le tas", "Faire confiance à son pif"... Vous vous êtes concertées!

En réponse générale: vrai que je
me débrouille pas mal, je dois l'admettre. C'est juste que des fois ça me semble plus grand que nature, un Gamin, et cet amour avec son papa aussi.

Vrai aussi que j'ai eu moi-même un beau-père très important dans ma vie: ça donne un modèle à suivre, donc j'ai une longueur d'avance sur le tas! Mais ça rend la relation d'autant plus intense à vivre que de me revoir à 12 ans en Gamin, et de me voir dans le rôle signifiant que je pourrais prendre... Mais ce sera le prétexte d'un texte, bientôt.

 

Publier un commentaire

<< Home