14.6.06

Des repères

Je lis un roman sur le génocide du Rwanda.

*

Dur.
Très dur.
Je suis bouleversée.

*

J’ai peur.

*

Je vis un moment, comment disait mon cousin, déjà? Une illumination? Non. Une catharsis? Non. Un moment où on découvre une réalité comme dans un prisme de lumière, avec toutes les vérités qui en découlent, en 8-10 couleurs. Une épiphanie, voilà.

*

La vie est si fragile.
Cliché, bien sûr.
Et pourtant je le sens dans mes tripes ce soir.

*

Je ne crains pas le génocide ici.
Je crains plutôt le détail qui fait basculer une vie.
Un diagnostic.
Une mauvaise rencontre.
Un stop mal fait.
Un pied glissant.

*

J’ai peur de ce que la vie est peut-être en train de préparer pour moi.

*

Je vais donc continuer à planter des petits poteaux dans mon champ.
Un devant le piano.
Un autre devant l’amoureux.
Un pour les plantes.
Un pour ce sourire échangé simplement avec une dame âgée sur la rue.
Et des dizaines d’autres pour les bières avec les amis, les sorties en voilier, les journées à la piscine, la main de ma nièce dans la mienne, le café de mon homme, ses fesses, ses lèvres et son sourire, nos matins en musiques et en rires, les heures données bénévolement, les mélodies de Desjardins, les soirées au bord du fleuve…

*

J’aurai des repères si un jour le vent soulève ma terre arable en un nuage opaque.

5 Comments:

At 8:32 a.m., Anonymous mocha19 said...

Pourquoi es-tu si consciente si jeune?

La conscience ça apporte les épiphanies mais ça apporte aussi les enfers.

De quoi as-tu donc si peur? Tant que tu as des repères et des souvenirs tu es riche.

Ta lucidité me fais pleurer...

 
At 11:14 a.m., Blogger Mamathilde said...

Ça Sauterelle, c'est un de tes plus beaux textes.

Un paquebot qui rentre dans le coeur, sans marée pour amortir le choc.

 
At 8:48 p.m., Blogger *La Souris* said...

Tu lis dans mes pensées, Sauterelle?

 
At 10:22 p.m., Blogger Sauterelle said...

Mocha: consciente si jeune? peut-être bien que mon éducation entourée de tout plein d'adultes pas cons y est pour quelque chose, qu'en penses-tu? ;)

Mathilde: "Un paquebot géant, dans chambre à coucher..." Tant mieux s'il est beau. L'écrire m'a fait un bien fou, c'est tout ce qui compte.

Souris: Oui, vu sous ton angle, j'avoue que sons sens est décuplé... *hug*

 
At 10:02 a.m., Anonymous Anonyme said...

C'est tellement beau...aussi beau qu'un coucher de soleil dans la baie du 1056...

Une dedette de Saint-Anicet

 

Publier un commentaire

<< Home